Patients dénutris

Répondre aux besoins nutritionnels en limitant l’apport en polyamines  Abonné

Publié le 21/06/2012
Les polyamines sont des molécules ubiquitaires dont le métabolisme est directement impliqué dans les processus prolifératifs et également dans la sensibilisation à la douleur. La source majeure des polyamines est exogène via l’alimentation, d’où le concept de formulations nutritionnelles « à faible teneur en polyamines » développé par Nutrialys.

LES POLYAMINES (putrescine, spermidine et spermine) sont de petites molécules issues du métabolisme des acides aminés (dérivées de l’ornithine) et du cycle de l’urée (catabolisme des protéines). Elles sont présentes dans toutes les cellules animales, végétales ou bactériennes, donc dans l’ensemble des aliments de consommation courante. Ainsi, outre le métabolisme cellulaire, la source majeure de polyamines est exogène. Les polyamines sont impliquées dans des interactions moléculaires multiples, ce sont des médiateurs fondamentaux de la différenciation et la prolifération cellulaire.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte