Toxine botulique

Tordre le cou aux fausses rumeurs  Abonné

Publié le 21/12/2009
Découverte majeure pour son utilisation en thérapeutique, puis en esthétique, la toxine botulique est un sujet qui passionne et qui est l’objet de beaucoup de controverses. Elle génère des craintes et des critiques infondées, mais elle demeure un traitement clé pour réduire les rides d’expression. De plus en plus d’hommes et de femmes y ont recours et il devient nécessaire de faire le point sur son mode d’action, ses indications et sa sécurité d’emploi.
Une fiabilité démontrée par huit études internationales

Une fiabilité démontrée par huit études internationales

PRODUITE par une bactérie (clostridium botulinum), la toxine botulique est un relaxant musculaire. Une fois injectée dans le muscle, elle libère son entité active, la neurotoxine, qui empêche la libération de l’acétylcholine au niveau de la jonction neuromusculaire. Elle bloque ainsi en partie la contraction du muscle responsable de spasmes et de rides. La neurotoxine de type A a la durée d’action la plus longue (4 à 6 mois) mais son action est totalement réversible dans le temps.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte