Allergie aux cosmétiques et aux bijoux

Quand la coquetterie vire au cauchemar  Abonné

Publié le 15/03/2010
Prendre soin de sa peau, choisir le bon vernis, utiliser tel ou tel produit de maquillage : autant de sujets déclinés dans de nombreux journaux féminins. Utiliser des cosmétiques sous quelle que forme que ce soit fait partie de nos gestes quotidiens. Se parer de bijoux, envisager un piercing, un tatouage temporaire ou définitif permettent dès l’adolescence de se distinguer : tous ces actes de la vie courante visent à améliorer l’image que l’on a de soi. Il y a parfois un écueil, celui de l’apparition de phénomènes allergiques tant dans l’utilisation de cosmétiques que pour les bijoux perçant la peau (boucles d’oreille, piercings) qu’appliquée directement sur celle-ci (bracelet, collier).
Le nickel est présent dans les bijoux fantaisie

Le nickel est présent dans les bijoux fantaisie
Crédit photo : BSIP

Définir un cosmétique

Les produits cosmétiques ne sont pas considérés comme des médicaments et répondent à la définition suivante liée à la directive 76/768/CEE, 93/35/CEE : « Toute substance ou préparation destinée à être mise en contact avec les diverses parties superficielles du corps humain, notamment l’épiderme, les systèmes pileux et capillaire, les ongles, les lèvres et les organes génitaux externes ou avec les dents et les muqueuses buccales en vu exclusivement ou principalement de les nettoyer, de les parfumer, d’en modifier l’aspect, de les protéger, de les maintenir e

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte