Pharmacies ou beauty-farm ?

La cosmétique au secours des officines italiennes  Abonné

Publié le 15/07/2014

Depuis cinq ans, les Italiennes abandonnent les parfumeries et empruntent le chemin des officines pour leurs achats de cosmétiques. À l’origine de cette attitude, la certitude d’être mieux suivi et, surtout, d’économiser.

Cabine d’esthétique de la pharmacie Misiti à Rome

Cabine d’esthétique de la pharmacie Misiti à Rome
Crédit photo : DR

SELON une enquête réalisée par Cosmetica Italia, l’association nationale des entreprises cosmétiques vendues en pharmacie, la hausse de la vente des produits cosmétiques vendus en pharmacie a littéralement triplé depuis 2007. « En 2007, le chiffre d’affaires était de l’ordre de 790 millions d’euros. Aujourd’hui, il frôle la barre des deux milliards ! Le taux de croissance des ventes est de 8,7 % par an », confie Vincenzo Maglione, président du groupe Cosmetici Italia.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte