Philippe Becker et Christian Nouvel de Fiducial incitent les titulaires à s’approprier les indicateurs de gestion de l’officine et à en assurer un suivi régulier. - Pourquoi il faut s’auto-analyser

Philippe Becker et Christian Nouvel de Fiducial incitent les titulaires à s’approprier les indicateurs de gestion de l’officine et à en assurer un suivi régulier.Pourquoi il faut s’auto-analyser

Marie Bonte
| 20.02.2020

La gestion d’une officine nécessite une part d’introspection quotidienne de la part du titulaire à l’aide de l’analyse constante des données financières et managériales. Cette auto-analyse, qui ne fait pas l’économie du conseil de l’expert-comptable, permet au pharmacien, chef d’entreprise, de maîtriser en temps réel les paramètres de l’économie officinale.

  • tablo
  • planning

Le Quotidien du pharmacien. - L’un des chapitres de votre « Nouvelle édition du guide de gestion de l’officine »* aborde la question de l’auto-analyse. Qu’entendez-vous par cela ?

Philippe Becker. - En fait, nous faisons la promotion d’une prise en main par le pharmacien des indicateurs de gestion de son officine de manière régulière, sinon quotidienne. Depuis quelques années beaucoup d’informations, « de data » pour reprendre une expression à la mode, sont...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
foule

À la Une Tous masqués : retour sur un revirement

Dans la population, on crie au scandale et au mensonge d’État. Chez les pharmaciens, éprouvés par la difficile délivrance contingentée de masques en nombre toujours insuffisant aux professionnels de santé, c’est le désarroi qui prime. Le revirement de doctrine du gouvernement, comme des autorités de santé, et notamment de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), désormais favorable au port du... Commenter

Partenaires