Équiper l'officine - Les messageries de santé dans les starting-blocks

Équiper l'officineLes messageries de santé dans les starting-blocks

Hakim Remili
| 30.11.2017


Les deux grands porteurs des messageries sécurisées de santé MS Santé et Apicrypt ont sorti le calumet de la paix pour enfin communiquer, ce n’était pas le cas jusqu’à présent. C’est le vrai point de départ du déploiement de ces messageries qui va conduire à une meilleure coordination entre les professionnels de santé et replacer les pharmaciens dans le parcours de soins des patients. L’objectif de tous les acteurs concernés est de créer un véritable environnement digital favorable à l’interprofessionnalité.

  • mess

L’information est tombée au début de l’été dernier, Apicem SARL a obtenu l’agrément hébergeur de données de santé délivré par le Ministère de la Santé. Cette société, dont le capital est pour la quasi-totalité détenue par l’association du même nom, développe depuis une vingtaine d’années la messagerie de santé Apicrypt. L’obtention de l’agrément HADS n’intéresse pas que la seule communauté des utilisateurs d’Apicrypt, elle débloque une situation embarrassante pour la communauté des...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires