Humeur

Le zombie que je suis devenu  Abonné

Par
Richard Liscia -
Publié le 29/05/2020

J'ai sûrement de la chance puisque je ne suis ni malade ni mort (en tout cas, pas encore), mais je suis certain que le virus a affecté mon état psychologique. Je n'ai pas accueilli le déconfinement avec l'enthousiasme qu'il méritait. Je ne suis pas vraiment sorti, je suis resté en télétravail, j'ai de la peine à lire et à écrire et j'observe de la fenêtre un monde où les passants sont rares et silencieux, où les facteurs arrivent tard, où les chiens n'aboient plus, où les chats ne prennent plus de risques en traversant la route.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte