Traitement de la grippe en 1837

Le quinquina plutôt que la saignée !  Abonné

Par
Publié le 28/04/2020
En 1837, une importante épidémie de grippe frappa une grande partie de la France, après avoir notamment sévi en Italie l’année précédente. À Strasbourg, les premiers cas furent relevés le 16 janvier, la maladie connut son « summum » entre mi-février et mi-mars, et disparut totalement après le 10 avril, après avoir frappé les deux tiers de la population. L’épidémie semble avoir favorisé le passage des traitements « médicaux » vers des réponses plus pharmaceutiques, comme le suggère un grand médecin strasbourgeois.
Entre autres alternatives à la saignée, le Pr Charles Schützenberger préconise le polygala (photo) et le quinquina.

Entre autres alternatives à la saignée, le Pr Charles Schützenberger préconise le polygala (photo) et le quinquina.
Crédit photo : DR

La grippe aurait touché jusqu’à 36 000 des 55 000 habitants de Strasbourg, selon les estimations faites par les médecins en extrapolant les cas rencontrés au sein de leur propre clientèle. Elle tua entre 200 et 300 personnes, essentiellement malades et âgées, qui succombèrent à des complications respiratoires, les autres patients se remettant plus ou moins vite.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte