En Calabre, l’Aspromonte, la région Grecanica...

Surprises de choix dans la Botte italienne  Abonné

Par
Philippe Bourget -
Publié le 07/10/2019
L’extrême pointe sud de l’Italie recèle des trésors méconnus. Si plages et ports font naturellement partie du décor, le massif montagneux boisé de l’Aspromonte, la poignée de villages fantômes et l’incroyable histoire de la région Grecanica, où l’on parle encore un dialecte calabro-grec, étonneront plus d’un voyageur.
Calabre-Le port de Scilla

Calabre-Le port de Scilla
Crédit photo : PHOTOS PHILIPPE BOURGET

Calabre-Pentedatillo

Calabre-Pentedatillo
Crédit photo : PHOTOS PHILIPPE BOURGET

Calabre-Roghudi1

Calabre-Roghudi1
Crédit photo : PHOTOS PHILIPPE BOURGET

Calabre-Reggio1

Calabre-Reggio1
Crédit photo : PHOTOS PHILIPPE BOURGET

L’image de la Calabre renvoie à des clichés rebattus. La pauvreté, associée depuis toujours au sud de l’Italie, comme la Ndrangheta et ses trafics illicites, jettent un voile sur son intérêt touristique. Misère ? Corruption ? Si ces deux tares existent, le touriste n’y est pas réellement confronté. Raison pour laquelle il est conseillé d’entreprendre un voyage à l’extrémité de la Botte, histoire de soutenir un peu l’économie régionale et de découvrir des paysages et un passé beaucoup plus riches qu’attendus.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte