Tourisme - En Azerbaïdjan, prendre de la hauteur

Randonnée caucasienne  Abonné

Par
Anne-Laure Murier -
Publié le 03/04/2018
« La Caspienne est-elle une mer ou un lac ? Et Bakou, en Europe ou en Asie ? » Si l’écrivain Olivier Rollin pratique la balade existentielle, sa convocation de l’Azerbaïdjan campe une réalité aussi historique que contemporaine. De derricks post-soviétiques en palais persans, l’exploration rehausse cette identité composite. Randonnée dans les villages du Caucase, non loin de la capitale.
Azerbaidjan4-Grand Caucase

Azerbaidjan4-Grand Caucase
Crédit photo : ANNE-LAURE MURIER

Azerbaidjan2-Bakou

Azerbaidjan2-Bakou
Crédit photo : ANNE-LAURE MURIER

Azerbaidjan1-Khinalug

Azerbaidjan1-Khinalug
Crédit photo : ANNE-LAURE MURIER

Azerbaidjan3-Giriz

Azerbaidjan3-Giriz
Crédit photo : ANNE-LAURE MURIER

À d’autres, la « diplomatie du caviar », déclinaison azerbaïdjanaise d’intérêts bien compris. Aux confins du Grand Caucase, c’est de thé noir que nous gratifient nos hôtes montagnards, avec une générosité haute en couleurs. Cerises confites, fromage blanc aigre, herbes aromatiques, concombres et tomates, farcis de chou au mouton, parmi les variations saisonnières et locales de dolmas, pâtisseries aussi mielleuses que les grenades sont juteuses. Habitué aux frimas, notre comité d’accueil est resté à l’extérieur.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte