Portrait

Pascal Hériveau, mycologue et militant  Abonné

Par
Jacques Gravend -
Publié le 13/06/2019
Pour ce pharmacien breton, président d'une société mycologique, le pharmacien doit maintenir et enrichir ses connaissances en mycologie : il est le seul à l'avoir appris en faculté.
Portrait

Portrait
Crédit photo : JGravend

Reconnaître les champignons qu'a cueillis un client est un service gratuit que rend le pharmacien, qui le rend sympathique, affirme Pascal Hériveau. « Le pharmacien n'est pas là pour nourrir la population, mais pour la maintenir en bonne santé », estime-t-il. Identifier des espèces toxiques, voire mortelles, est son rôle. Ce pharmacien de Pluméliau (Morbihan) préside l'Association mycologique Ploemeur-Morbihan, une association scientifique dont un dixième des membres sont pharmaciens. Ils organisent des sorties nature pour d'autres pharmaciens.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte