Humeur

Le torrent

Par
Richard Liscia -
Publié le 27/03/2020

Sans compter les malades et les morts, le virus a fait l'effet d'une douche sur la planète, ou d'un torrent si violent qu'il a tout emporté : les dogmes, les convictions, les absolutismes de toutes sortes. C'est en quelque sorte un immense ricanement (humide et contagieux) qui nous prive à la fois de notre sociabilité et de notre bonne humeur. Les gilets jaunes sont remplacés par des masques blancs, les manifestations par le confinement, les black blocs par des gens mis à l'amende pour être sortis, les grèves de la SNCF et de la RATP par l'immobilisation de toutes les rames, la galère des petits matins mornes par la grasse matinée, la frénésie consommatrice par l'abstinence, l'école par le farniente, l'hypocondrie par le risque réel de mal finir, la politique par une énorme quantité de savants auto-proclamés, la bêtise de Trump ou de Boris Johnson par une meilleure évaluation du fléau, le néo-libéralisme par la folle prodigalité du gouvernement, l'avarice des entreprises par la générosité (mais pas toujours), le travail par la paresse, la confiance par la peur, l'optimisme par le pessimisme, la dette publique par la dette publique et le déficit budgétaire par lui-même.

Richard Liscia

Source : Le Quotidien du Pharmacien: 3590