Humeur

L'arche de Noë  Abonné

Publié le 28/11/2019

Il pleut à n'en plus finir sur la Côte d'Azur, terre des villégiatures. Il y a quelques mois, c'était la sècheresse, on se faisait du mouron pour le niveau des nappes phréatiques et leur capacité à se remplir. À perte de vue, le maïs pourrissait sur pied, les terres étaient dures et craquelées et le blé échappait à peine à la sècheresse. Voilà que le Midi reçoit plus d'eau qu'il n'en peut absorber, villes inondées, passants emportés par les flots et la boue, maisons brisées, voitures retournées sur leurs toits, habitants épouvantés.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte