La sanglante découverte de l’héparine

Un bécher de sang en guise de preuve  Abonné

Publié le 10/01/2013
Une découverte baptisée en 1922

Une découverte baptisée en 1922
Crédit photo : phanie

C’EST en 1915 qu’un étudiant en médecine, Jay McLean (1891-1957), quitta sa Californie natale pour se présenter au professeur William H. Howell (1860-1945), à John Hopkins (Baltimore), avec une unique ambition : se prouver qu’il pouvait découvrir quelque chose en physiologie. Howell, qui travaillait sur la coagulation, rechigna à accepter le jeune homme qui, de plus, déclara vouloir conclure rapidement le projet car ses moyens financiers étaient limités. Il lui confia finalement un véritable pensum : purifier les facteurs procoagulants lipidiques extraits du cerveau du chien.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte