Histoires de santé

Tout ce qui brille n’est pas or  Abonné

Par
Nicolas Tourneur -
Publié le 07/01/2016
En 1728, le comte Alexis Bestoujev-Rioumine met au point la formule de l’" élixir d’or »

En 1728, le comte Alexis Bestoujev-Rioumine met au point la formule de l’" élixir d’or »
Crédit photo : DR

Si l’or était tenu comme un médicament par les anciens Égyptiens et par la médecine hippocratique, ce ne fut guère qu’au XVe siècle qu’il devint possible de le préparer sous une forme aisément ingérable : l’aurum potabile, l’or buvable, en fait une solution de trichlorure d’or. Paracelse (1493-1541) le prescrivait pour traiter les paralysies et les fièvres. Mais l’or dut surtout sa grande popularité à Johann Rudolf Glauber (1604-1688), un alchimiste hollandais, qui livra en 1651 une somme sur ses usages médicinaux.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte