Syphilis : 350 ans de thérapie par le mercure  Abonné

Publié le 26/06/2014

1496 : L’Italien Giorgio Sommariva (1435-1500) préconise l’usage de sels de mercure contre la syphilis.

1536 : Paracelse (1493-1541) confirme l’action des sels de mercure dans la maladie, mais souligne leur toxicité.

XVIème-XVIIIème siècle : Usage des sels de mercure (notamment du chlorure mercureux ou calomel) ou du mercure métallique sous forme de frictions (« onguent napolitain », « onguent gris », etc.), bains, fumigations, ingestion ou… injections, en curatif comme en préventif de la syphilis.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte