La saga des sulfamides antibactériens

Recherches à l’ombre du IIIe Reich  Abonné

Par
Nicolas Tourneur -
Publié le 17/10/2013

DRAMATIQUES : telles furent les circonstances qui poussèrent en 1935 un jeune médecin allemand à tester sur sa propre fille un médicament qu’il venait de découvrir. La petite Hildegarde, âgée alors de 6 ans, s’étant piquée avec une aiguille infectée, fut victime d’une infection qui gagna son bras entier. En désespoir de cause, lui ayant administré un colorant dont il avait constaté l’action anti-infectieuse chez la souris, le jeune papa la sauva d’une amputation certaine voire de la mort…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte