La pharmacie, un patrimoine vivant

Quand Louis Jouvet faillit devenir potard  Abonné

Publié le 27/10/2011
Il y a une trentaine d’années, Monique Maudry réalisait pour sa pharmacie de Chatou une vitrine intitulée « Arsenic et vieilles dentelles » et gagnait un concours récompensant la plus belle vitrine. Aujourd’hui, elle revient sur 50 ans de service et raconte l’histoire fabuleuse de sa pharmacie qui vit notamment les débuts de Louis Jouvet, avant que celui ne passe de l’officine au théâtre.
Marie-Hélène Maudry, actuelle propriétaire de la pharmacie de Chatou

Marie-Hélène Maudry, actuelle propriétaire de la pharmacie de Chatou
Crédit photo : jc

Vitrine aménagée en petit musée

Vitrine aménagée en petit musée
Crédit photo : JC

Sacoche de livraison de Jean Se´journet

Sacoche de livraison de Jean Se´journet
Crédit photo : JC

PEU DE MOBILIER d’origine dans cette pharmacie qui vit le jour en 1863, mais toujours une charmante vitrine, sorte de petit musée aménagé pour les passants, dont les objets rappellent les anciennes méthodes pharmaceutiques (qu’on ne regrette guère).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte