Histoire de la pharmacie

Moyse Charas (1619-1698) : l’Esculape du Grand Siècle  Abonné

Publié le 22/11/2010
Les vipères, ça connaît Moyse Charas. Tel Esculape ou Mercure, cet apothicaire renommé du XVIIe siècle a fait des reptiles ses attributs, hissés sur l’enseigne de son officine rue de la Boucherie-Saint-Germain à Paris, « Aux vipères d’or ».
Moyse Charas, Pharmacopée royale, galénique et chimique

Moyse Charas, Pharmacopée royale, galénique et chimique
Crédit photo : BNF Gallica

Officine du XVIIe siècle, gravure par G. Huret dans les Oeuvres Pharmaceutiques de Jean de Renou ...

Officine du XVIIe siècle, gravure par G. Huret dans les Oeuvres Pharmaceutiques de Jean de Renou ...
Crédit photo : dr

PARIS, 1667. Une foule se masse au Jardin botanique du Roi. Depuis plusieurs jours déjà, « des hommes savants et éclairés en la Médecine et la Pharmacie », comme l’écrit Moyse Charas lui-même dans sa Thériaque d’Andromaque (publiée en 1668 à Paris), sont venus assister à sa première préparation publique de la thériaque. Né à Uzès dans une famille protestante, puis reçu maître-apothicaire à Orange, Moyse Charas apprend la composition des précieuses panacées universelles à Montpellier, Lyon et Marseille.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte