Histoire de la pharmacie

Masséot Abaquesne, l’éclat de la faïence pharmaceutique à la Renaissance  Abonné

Publié le 19/05/2016
Il est plutôt rare, voire exceptionnel, qu’une exposition d’art mette en lumière la beauté des faïences pharmaceutiques. C’est pourtant le choix qu’ont fait les conservateurs du musée de la Renaissance au château d’Ecouen. Pour notre plus grand bonheur, plus d’une cinquantaine de chevrettes et d’albarelli sont rassemblés pour raconter l’histoire d’un des plus fameux ateliers de faïence de la Renaissance française, celui de Masséot Abaquesne.
Gourde armoriée (au revers) avec décor à grotesques sur fond blanc, atelier de Masséot Abaquesne,...

Gourde armoriée (au revers) avec décor à grotesques sur fond blanc, atelier de Masséot Abaquesne,...
Crédit photo : musée national de la Renaissance, château d'Ecouen

Chevrettes, atelier de Guido Andries, Anvers, v. 1520 (musée royaux d'Art et d'Histoire,...

Chevrettes, atelier de Guido Andries, Anvers, v. 1520 (musée royaux d'Art et d'Histoire,...
Crédit photo : JC

Chrevrette exhumée des fouilles d'Evreux en 2007 avec le monogramme MAb de Masséot Abaquesne ...

Chrevrette exhumée des fouilles d'Evreux en 2007 avec le monogramme MAb de Masséot Abaquesne ...
Crédit photo : JC

Chevrette, avec portrait d'homme chauve,Monogramme MAb, v. 1545

Chevrette, avec portrait d'homme chauve,Monogramme MAb, v. 1545
Crédit photo : Musée national de la Renaissance, château d'Ecouen

Il a souvent été comparé à ses deux contemporains, Bernard Palissy et Léonard Limosin, célèbres émailleurs au service de la cour de France, mais le peu de sources écrites à son sujet a longtemps créé des difficultés pour identifier ses productions. C’est au XIXe siècle que les contours de son activité commencent à se préciser grâce à la découverte de quelques archives.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte