L’officine de Joseph Willot, QG de la presse résistante pendant la Grande Guerre  Abonné

Par
Publié le 22/02/2016
Il n’est pas coutumier d’employer le terme de « résistant » au sujet de la guerre de 14-18. Pourtant, c’est ainsi que les Roubaisiens qualifient le pharmacien du pays, Joseph Willot, dont le buste trône dans le jardin botanique de l’université catholique de médecine de Lille - où il fut élève, puis enseignant.
Jospeh Willot

Jospeh Willot
Crédit photo : Service du patrimoine et des Archives de l'Université Catholique de Lille

Jules Pinte (abbé)

Jules Pinte (abbé)
Crédit photo : Service du patrimoine et des Archives de l'Université Catholique de Lille

L'Oiseau de France du 2 avril 1916

L'Oiseau de France du 2 avril 1916
Crédit photo : Fonds Auguste Leman, service du patrimoine et des Archives de l'Université catholique de Lille

Ancienne publicité pour les pansements Willots, années 1960

Ancienne publicité pour les pansements Willots, années 1960
Crédit photo : dr

Les fondateurs de l'Oiseau de France, l'abbé Pinte, Firmin Dubar et Joseph Willot

Les fondateurs de l'Oiseau de France, l'abbé Pinte, Firmin Dubar et Joseph Willot
Crédit photo : Le Monde illustré 1923

Résistant avant l’heure, diront certains, qui donna sa vie pour la France. C’est une histoire plutôt mal connue que celle de l’occupation par l’armée allemande du Nord de la France entre 1914 et 1918. Et parmi les lieux réquisitionnés, les hôpitaux sont en première ligne.

À cette époque, Joseph Willot est titulaire d’une officine au 37 rue du Vieil Abreuvoir, à Roubaix, et se retrouve mobilisé comme pharmacien aide-major de 1re classe, rattaché à un hôpital de la Croix-Rouge à Lille. Mais les conditions d’exercice deviennent très vite difficiles.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte