L’histoire de l’héparine en 7 dates  Abonné

Publié le 10/01/2013

1877 : Le médecin allemand Paul Ehrlich (1854-1915) observe les granulations des mastocytes, sans savoir que leur colorant sélectif agit sur l’héparine qu’elles contiennent.

1895 : Les physiologistes Eugène Gley (1857-1930) et Victor Pachon (1867-1938) montrent que le foie peut libérer un anticoagulant.

1911 : Un médecin lyonnais, Maurice Doyon (1869-1934) extrait du foie et du poumon de chien une fraction anticoagulante. Ses travaux restent méconnus.

1916 : Jay McLean isole (peut-être) ce principe anticoagulant

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte