Histoire de la pharmacie

L’étonnante pharmacopée peinte de l’apothicairerie de l’Hôtel-Dieu-le-Comte de Troyes  Abonné

Publié le 25/05/2010
Classée une première fois pour son enveloppe architecturale, une deuxième fois pour son exceptionnelle collection de boîtes médicinales et une troisième fois pour ses faïences, l’ancienne apothicairerie de l’Hôtel-Dieu-le-Comte de Troyes est une des plus belles conservées de France.
Fontaine à thériaque en étain, Troyes, XVIIe siècle

Fontaine à thériaque en étain, Troyes, XVIIe siècle
Crédit photo : Musées de Troyes

Chevrette Lyon XVIe siècle

Chevrette Lyon XVIe siècle
Crédit photo : Musées de Troyes

Vue intérieure de la grande salle de l'apothicairerie

Vue intérieure de la grande salle de l'apothicairerie
Crédit photo : Musées de Troyes

Boîtes peintes, XVIIe siècle

Boîtes peintes, XVIIe siècle
Crédit photo : Musées de Troyes

Boîte peinte, Momie, XVIIe siècle

Boîte peinte, Momie, XVIIe siècle
Crédit photo : Musées de Troyes

LORSQUE Claudie Pornin, attachée de conservation du patrimoine aux musées de Troyes, commence la visite de l’apothicairerie en nous montrant les six plus hautes rangées des étagères qui courent sur les quatre murs de la pièce, son émerveillement nous gagne. Les 319 boîtes de bois peint, aussi appelées “silènes”, de forme ronde ou rectangulaire, destinées à la conservation des plantes médicinales, dessinent comme une tapisserie aux multiples couleurs – bleu, rouge, orange, jaune, marron… – au-dessus des rangées de faïences, seulement accessible par une belle échelle de bois de chêne.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte