Histoire de la pharmacie

Les « simples » de Milly-la-Forêt, d’hier à aujourd’hui  Abonné

Publié le 18/10/2010
À la place de l’actuel Hôtel de Ville, il y avait autrefois l’hôtel-Dieu Saint-Nicolas, probablement fondé par la reine Bathilde au VIIe siècle. Milly-la-Forêt, à l’instar de ses voisines, Dourdan et Étampes, possède une longue histoire hospitalière que se propose de raconter l’exposition actuelle, présentée dans les trois villes : « De l’hôtel-Dieu à l’hôpital : Dourdan, Étampes, Milly-la-Forêt ».
Fresques de Jean Cocteau, chapelle saint Blaise des Simples

Fresques de Jean Cocteau, chapelle saint Blaise des Simples
Crédit photo : dr

Presse, musée du Conservatoire national des plantes médicinales

Presse, musée du Conservatoire national des plantes médicinales
Crédit photo : dr

Fresques de Jean Cocteau " La résurrection »

Fresques de Jean Cocteau " La résurrection »
Crédit photo : dr

La chapelle saint Blaise des Simples

La chapelle saint Blaise des Simples
Crédit photo : dr

Fresques de Jean Cocteau, " La menthe de Milly »

Fresques de Jean Cocteau, " La menthe de Milly »
Crédit photo : dr

Vue du jardin botanique du Conservatoire national des plantes médicinales

Vue du jardin botanique du Conservatoire national des plantes médicinales
Crédit photo : dr

Fresques de Jean Cocteau

Fresques de Jean Cocteau
Crédit photo : dr

MILLY-LA-FORÊT est liée à l’histoire des plantes médicinales, aussi appelées « simples », préparées par l’apothicaire et administrées aux malades, sinon pour le soigner, au moins pour le soulager de ses maux. S’il ne reste aucune trace de l’apothicairerie qui devait exister dans l’ancien hôtel-Dieu, la tradition locale fait remonter la culture des plantes médicinales à Milly-la-Forêt au XIIe siècle, au moment de l’apparition d’une maladrerie auprès de la chapelle Saint-Blaise, qui accueillait les lépreux exclus de fait de tous les hôtels-Dieu pour cause de contagion.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte