Histoire de la pharmacie

Les cures merveilleuses du comte de Cagliostro  Abonné

Publié le 11/07/2011
Ce ne fut certes pas un pharmacien. Cependant, on ne peut parler de la pharmacie et de la médecine au XVIIIe siècle sans évoquer le nom du célèbre comte de Cagliostro. Médecin, guérisseur, apothicaire, charlatan, alchimiste, thaumaturge, excentrique… ? Mais qui était donc celui qui a inspiré tant d’admiration et de haine ? Personnage fantasque, mais bien réel, il devint une véritable légende et nourrit l’imagination de nombreux écrivains, d’Alexandre Dumas à Goethe et Gérard de Nerval.
Jean Antoine Houdon, Giuseppe Balsamo, Comte de Cagliostro, 1786, National Gallery of Art,...

Jean Antoine Houdon, Giuseppe Balsamo, Comte de Cagliostro, 1786, National Gallery of Art,...
Crédit photo : dr

« JE SUIS d’aucune époque ni d’aucun lieu », écrit-il dans ses Mémoires. Un véritable caméléon qui change de nom à chaque ville d’Asie et d’Europe qu’il traverse. Il se dit « noble voyageur » et se donne bientôt comme mission d’aimer et de soigner son prochain, où qu’il aille. Il semblerait qu’il soit né à Palerme, en 1743, sous le nom de Joseph Balsamo. Puis, d’Égypte en Arabie, il devient tour à tour le comte d’Harat, le comte de Fénix ou le marquis d’Anna, en même temps qu’il s’initie à des secrets de médecine.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte