Léon Winsback, un des premiers pharmaciens « mort pour la France »  Abonné

Publié le 26/06/2014

Dans les premières semaines de la guerre, les armées allemandes qui envahirent le nord et l’est de la France commirent de nombreux massacres de civils, souvent « justifiés » par la crainte des francs-tireurs, mais qui entachèrent durablement leur réputation. Le 20 août 1914, les « hussards de la mort » entrèrent à Briey, petite ville de Meurthe-et-Moselle proche du Luxembourg. Ils y arrêtèrent plusieurs civils qui tentaient d’évacuer les archives de la sous-préfecture, dont le pharmacien de la ville, Léon Winsback, qu’ils fusillèrent sur place avec d’autres habitants.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte