Histoire de la pharmacie

Le Trésor de l’Hôtel-Dieu de Château-Thierry  Abonné

Publié le 23/07/2010
Il existe, au sud de l’Aisne, au pays de La Fontaine, Dumas, Racine et Claudel, un trésor artistique peu connu : celui de l’Hôtel-Dieu de Château-Thierry. Stéphanie Goujon, assistante de conservation et maîtresse des lieux, et Jacques Lesage, vice-président de l’association Arts et Histoire, ont fait part du projet de son ouverture prochaine à un large public. On ne peut que s’en réjouir car il s’agit bien là du fleuron du patrimoine local dans lequel se cache une riche apothicairerie. Voici son histoire.
Vue du laboratoire

Vue du laboratoire
Crédit photo : J. Chaizemartin

Alambic en cuivre rouge, étain et laiton

Alambic en cuivre rouge, étain et laiton
Crédit photo : J. Chaizemartin

Trébuchet et flacon

Trébuchet et flacon
Crédit photo : J. Chaizemartin

Clystère du Docteur Léguisier

Clystère du Docteur Léguisier
Crédit photo : J. Chaizemartin

L'apothicairerie

L'apothicairerie
Crédit photo : J. Chaizemartin

Mesures en fesblanterie, thermomètre

Mesures en fesblanterie, thermomètre
Crédit photo : J. Chaizemartin

FONDÉ le 25 mars 1304 par la reine de France Jeanne de Navarre, l’Hôtel-Dieu, avait pour fonction de recevoir les pauvres malades, pèlerins, orphelins et nécessiteux pour les « substanter, médicamenter, panser et soigner ». Son administration avait été donnée à douze religieuses cloîtrées de l’ordre de Saint-Augustin, gouvernées par une prieure. Constamment, les Augustines préservèrent le Trésor et le sauvèrent même de la nationalisation à la Révolution. Au XIXe siècle, l’Hôtel-Dieu devint « hospices civils » puis « hôpital général » au XXe siècle.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte