Histoire de la pharmacie

Le retable d’Issenheim au secours de l’ergotisme  Abonné

Par
Julie Chaizemartin -
Publié le 20/09/2018
Lorsqu’ils arrivaient hagards, à bout de force, tordus de douleurs devant l’immense retable d’Issenheim, ils s’en remettaient à Saint Antoine, leur dernier espoir de guérison. Là, le mal des ardents devait disparaître, miraculeusement.
retable

retable
Crédit photo : Musée Unterlinden, Colmar

retable première ouverture

retable première ouverture
Crédit photo : Musée Unterlinden, Colmar

retable deuxième ouverture

retable deuxième ouverture
Crédit photo : Musée Unterlinden, Colmar

Aujourd’hui, lorsqu’on s’assoit devant les trois ensembles monumentaux qui constituent l’incroyable retable d’Issenheim au musée Unterlinden de Colmar, on a du mal à imaginer que ce privilège était autrefois réservé aux membres du clergé et aux malades souffrant de la maladie de l’ergot de seigle. Mais le choc est le même. La Joconde de l’art allemand ne laisse aucun regard indifférent.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte