Une fabuleuse collection d’échantillons de matière animale et végétale

Le musée des merveilles de la faculté de pharmacie de Paris  Abonné

Publié le 03/11/2011
En 1882, l’École de Pharmacie, auparavant située rue de l’Arbalète, s’établit avenue de l’Observatoire à Paris. Avec elle, une collection extraordinaire d’échantillons de matière animale et végétale est installée dans un lieu dédié. Dès 1884, un jardin botanique vient compléter l’ensemble. Aujourd’hui, cet environnement idéal sert toujours aux étudiants et aux enseignants pour développer la recherche sur les futurs médicaments.
Vue de la pagode, musée de matière médicale

Vue de la pagode, musée de matière médicale
Crédit photo : Faculté des sciences pharmaceutiques, Université Paris Descartes

Curare, musée de matière médicale Descartes

Curare, musée de matière médicale Descartes
Crédit photo : Faculté des sciences pharmaceutiques, Université Paris

La rénouée du Japon, dans l'exceptionnel jardin botanique de la Faculté qui conserve plus de 400...

La rénouée du Japon, dans l'exceptionnel jardin botanique de la Faculté qui conserve plus de 400...
Crédit photo : jc

DERRIÈRE une lourde porte, ouverte avec précaution par Sylvie Michel, enseignante-chercheur au laboratoire de pharmacognosie, des dizaines de vitrines gardent des milliers de substances et d’objets à l’histoire fabuleuse. L’endroit est presque secret, seulement ouvert aux étudiants et aux chercheurs, comme lieu d’observation et instrument de travail, ainsi qu’à de rares curieux et passionnées sur demande express. On y apprend l’histoire de la caféine, de la quinine, du curare, de la morphine, autant de substances naturelles renfermant des principes actifs utilisés en thérapeutique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte