Histoire de la pharmacie

Le donjon guérisseur de Dourdan  Abonné

Publié le 19/07/2010
Sur la route des vacances en venant de Paris, la sortie n° 10 de l’autoroute du sud-ouest mène à la ville de Dourdan, au cœur de l’Essonne, héritière d’une riche histoire dont témoignent encore aujourd’hui le château médiéval ainsi que l’hôtel-Dieu, tous deux fondés au XIIIe siècle.
Pot à anse en forme de chiffre 5, à décor de bergers, XVIIIe siècle

Pot à anse en forme de chiffre 5, à décor de bergers, XVIIIe siècle
Crédit photo : Musée du Château de Dourdan AD91/Yves Morelle

Salle de l'hôtel-Dieu du musée du château de Dourdan

Salle de l'hôtel-Dieu du musée du château de Dourdan
Crédit photo : Musée du Château de Dourdan AD91/Yves Morelle

Marguerite-Louise d'Orléans, grande duchesse de Toscane

Marguerite-Louise d'Orléans, grande duchesse de Toscane
Crédit photo : Musée du Château de Dourdan AD91/Yves Morelle

Instruments venant de l'apothicairerie de l'hôtel-Dieu

Instruments venant de l'apothicairerie de l'hôtel-Dieu
Crédit photo : Musée du Château de Dourdan AD91/Yves Morelle

Verseuse à décor paysagé bleu, XVIIIe siècle

Verseuse à décor paysagé bleu, XVIIIe siècle
Crédit photo : Musée du Château de Dourdan AD91/Yves Morelle

Vierge au perroquet, XVIe siècle par Pieter Coecke van Aelst

Vierge au perroquet, XVIe siècle par Pieter Coecke van Aelst
Crédit photo : Musée du Château de Dourdan AD91/Yves Morelle

Canivet, reliquaire de Saint-Vincent-de-Paul, XIXe siècle

Canivet, reliquaire de Saint-Vincent-de-Paul, XIXe siècle
Crédit photo : Musée du Château de Dourdan AD91/Yves Morelle

AUJOURD’HUI désaffecté et transformé en maison de retraite, l’hôtel-Dieu de Dourdan fut pourtant, en quelque sorte, l’enfant chéri de certains grands personnages de la noblesse royale, ce qui fit dire à Joseph Guyot, propriétaire du château de Dourdan au XIXe siècle et talentueux auteur d’une chronique de la ville, qu’une « heureuse circonstance fit la fortune de l’hôtel-Dieu de Dourdan » en la venue de la grande-duchesse de Toscane, Marguerite-Louise d’Orléans.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte