Histoire de la pharmacie

L’apothicairerie de l’hôpital de Dijon, sous le sceau des rivalités  Abonné

Publié le 18/04/2011
Si le CHU de Dijon apparaît aujourd’hui comme une mosaïque complexe de bâtiments, c’est que, depuis la fondation de l’hôpital médiéval, situé sur la petite île de l’Ouche (par peur des risques de contagion), jusqu’à l’époque moderne, il ne s’est agi que de remaniements et de reconstructions.

Crédit photo : servier communication chu de dijon

Les chevrettes, pots canons et piluliers viennent s’ajuster à merveille au creux des boiseries

Les chevrettes, pots canons et piluliers viennent s’ajuster à merveille au creux des boiseries
Crédit photo : service communication chu de dijon

AU DÉTOUR d’un passage, au milieu d’une cour, on est surpris de se trouver nez à nez avec la charmante petite chapelle Sainte-Croix de Jérusalem ; prisonnière au sein des ailes massives d’édifices ultérieurs, elle survit comme seul vestige du premier hospice, fondé en 1204 par le duc de Bourgogne Eudes III qui le confia à l’Ordre du Saint-Esprit de Montpellier. Les écarts d’architecture semblent être l’écho des rivalités de pouvoir qui animèrent, dans ses murs, l’ensemble hospitalier.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte