Découverte des barbituriques

La vaste famille de Barbe  Abonné

Par
Nicolas Tourneur -
Publié le 06/02/2014

BERLIN. 1864. Comment Barbe, une martyre libanaise du IIIe siècle, décapitée par un père furieux de la découvrir chrétienne, est-elle venue désigner des médicaments qui comptèrent de véritables blockbusters des années vingt aux années cinquante ? Ce secret fut emmené dans la tombe par Adolf von Baeyer (1835-1917, Prix Nobel de chimie 1905), le chimiste allemand qui nomma « barbiturique » l’acide nouveau, dérivé de l’urée, qu’il venait de produire. Baeyer le dédia-t-il à son amie Barbara ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte