La découverte du Dakin  Abonné

Par
Nicolas Tourneur -
Publié le 12/02/2015

Parmi les progrès médicaux induits par la Grande guerre, il serait injuste d’oublier les travaux qui permirent à un médecin et biologiste mondialement connu pour ses recherches en cardiologie et sur les greffes d’organes, Alexis Carrel (1873-1944), d’améliorer considérablement l’antisepsie. Exerçant à l’Institut Rockfeller de New York, il avait été récompensé en 1912 par le Prix Nobel de médecine.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte