La stupéfiante découverte du LSD

L’« enfant terrible » d’un pharmacologue  Abonné

Publié le 20/06/2013
La pharmacologie s’est brûlée les ailes au contact du célèbre acide

La pharmacologie s’est brûlée les ailes au contact du célèbre acide
Crédit photo : phanie

LORSQU’EN 1934, les chimistes américains Walter A. Jacobs (1883-1967) et Lyman C. Craig (1906-1974) montrèrent que les alcaloïdes synthétisés par un champignon parasite du seigle, l’ergot, avaient un motif chimique commun, l’acide lysergique, ils n’imaginaient pas que leur découverte bouleverserait le regard porté sur les substances psychoactives à la faveur d’une rencontre, celle de cet acide avec un chimiste suisse, Albert Hofmann (1906-2008, membre du Comité Nobel).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte