Les ravages de l’ergot de seigle

Farine infernale pour Mal des Ardents  Abonné

Publié le 27/09/2012
La toxicité du seigle parasité n’a été identifiée qu’au XVIIe siècle

La toxicité du seigle parasité n’a été identifiée qu’au XVIIe siècle
Crédit photo : dr

FOURMILLEMENT des pieds et des mains, diarrhées, sueurs puis contractures atrocement douloureuses, et délire : Guérin hurlait. Gaston de Valloire allongea son fils et tomba lui-même à deux genoux au pied du reliquaire abritant les restes de Saint Antoine l’Égyptien. Né à Côme vers 250, Antoine vécut en ermite près de la Mer Rouge. En proie à des visions tentatrices, sa foi lui permit de combattre victorieusement Satan. Ses reliques, ramenées d’Égypte, furent installées, vers 1070, dans un bourg du Dauphiné : la Motte aux Bois.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte