Plongée aux origines des inhibiteurs de l’enzyme de conversion

Du venin de vipère au captopril  Abonné

Publié le 02/05/2013
Une histoire qui commence par une vénéneuse morsure

Une histoire qui commence par une vénéneuse morsure
Crédit photo : AFP

Jararaca. Bothrops jararaca. Cette redoutable vipère fer-de-lance, abondante au Brésil, suscita en 1948 l’intérêt d’un pharmacologue de São Paulo, Mauricio Rocha e Silva (1910-1983), qui avait entamé en 1939 des travaux sur le venin des serpents de son pays. Rejoint par deux physiologistes, Wilson Teixeira Beraldo (1917-1998) et Gastao Rosenfeld (1912-1990), il se consacra au venin du fameux jararaca, si puissant que les Indiens l’utilisaient comme poison de flèches : il entraîne en effet l’effondrement immédiat de la proie, rendant sa fuite impossible.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte