Du quinquina à la quinine  Abonné

Publié le 13/09/2012

L’écorce du quinquina, analysée en 1820 par les pharmaciens français, Pierre-Joseph Pelletier (1788-1842) et Jean Bien-Aimé Caventou (1795-1887), livra deux alcaloïdes (on apprit par la suite qu’elle en contenait bien d’autres !) : la cinchonine et la quinine qui, puissamment fébrifuge, devint un médicament essentiel au XIXe siècle - avec la morphine.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte