Vie et mort d’une drogue médicament

Diacétylmorphine : la médecine héroïque  Abonné

Par
Nicolas Tourneur -
Publié le 09/04/2015

C’EST EN 1862 qu’Augustus Matthiessen (1831-1870) fut nommé attaché à l’école de médecine du Saint Mary’s Hospital de Londres. Connu pour ses travaux sur l’électrolyse, ce chimiste anglais travailla, de retour dans son pays, sur les alcaloïdes extraits de l’opium. Associé à Charles Alder Wright (1844-1894), les deux hommes eurent l’idée de chauffer de la morphine avec de l’acide chlorhydrique concentré et obtinrent un produit qu’ils appelèrent « apomorphia ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte