Saga d’une star du conseil officinal

Découverte d’une « super-aspirine » : l’ibuprofène  Abonné

Par
Nicolas Tourneur -
Publié le 15/01/2015

DANS l’immédiat après-guerre, le traitement des maladies articulaires relevait de l’aspirine qu’il n’était pas rare d’administrer à plus de 4 ou 5 g/j : bien que des rhumatologues aient alors jugé que sa toxicité digestive témoignait de son efficacité (!), des observations alarmantes se multipliaient. Le paracétamol ne faisait pas encore figure de vedette. La phénylbutazone pouvait induire des agranulocytoses redoutables. Enfin, les glucocorticoïdes étaient mal supportés aux doses requises par le traitement de la polyarthrite.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte