Équiper l'officine - Comment désacraliser les objets de santé connectés

Équiper l'officineComment désacraliser les objets de santé connectés

Hakim Remili
| 18.05.2017

Face aux réticences des pharmaciens et de leurs patients, pas facile de vendre des objets de santé connectés, la demande n’est pas vraiment là, l’aspect connecté intrigue au mieux, indiffère le plus souvent. Les prestataires qui commercialisent de tels produits se mobilisent pour convaincre à la fois les patients et l’ensemble des professionnels de santé de l’intérêt de ces objets dans le cadre de suivi de soins. Mieux que des produits, il faut vendre des solutions autour de spécialités que le pharmacien aura choisies au préalable.

  • tab
  • objet

« Les débuts sont difficiles », « on n’arrive pas à mettre en valeur l’intérêt du connecté », « le marché n’augmente pas autant qu’on le souhaiterait. » Le constat est peut-être amer, mais il est incontournable. Les objets de santé connectés, pour l’instant, ça ne marche pas. En tout cas pas en pharmacie. Les différents prestataires qui s’y sont lancés le reconnaissent volontiers tout en nuançant le discours d’un brin d’optimisme. « Il y a forcément une...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
besset

« Continuez à substituer, même en cas d'égalité des prix ! »

Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), appelle les confrères à continuer la substitution, même en cas d'alignement des prix du princeps sur les génériques, « pour la survie de... 7

Partenaires