La nouvelle vie de l’emballage à l’officine

La nouvelle vie de l’emballage à l’officine

Marie Bonte
| 28.11.2016

La nouvelle réglementation en vigueur depuis le 1er juillet sur les sacs de caisse des commerces de détail oblige les pharmaciens et leurs fournisseurs à trouver des alternatives au plastique. Le feuilleton a pris fin au début de l’été. Après plusieurs mois de revirements et de fausses alertes, un décret signait le 31 mars dernier la disparition, au 1er juillet, des sacs plastique dans les commerces de détail, à l'exception de ceux dont l’épaisseur est supérieure à 50 microns. Une opportunité pour les pharmaciens d'accéder à de nouveaux modes de communication et de nouveaux outils de fidélisation

  • Emballages

Difficile de s’y retrouver dans l’imbroglio d’annonces successives autant que contradictoires qui a précédé l’interdiction des sacs plastique au 1er juillet dernier. Ces tergiversations ont eu le mérite d’amorcer le virage, de préparer les mentalités et surtout de permettre aux différents acteurs, grossistes-répartiteurs, groupements, fabricants, d’anticiper.

C’est avec le sentiment d’avoir accompli leur mission qu’ils contemplent aujourd’hui le paysage de l’emballage officinal....

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
écosse

À la Une Les pharmaciens britanniques face au Brexit Abonné

Les conséquences pour le système de santé d'un « Brexit sans accord » inquiètent les pharmaciens britanniques. À l'approche de la date fatidique du 29 mars, ils se préparent aux éventuelles ruptures de stock qui pourraient survenir dans les semaines suivant le Brexit. Commenter

Partenaires