« De solides connaissances sont indispensables » - NICOLE ARNAUD ›

« De solides connaissances sont indispensables »NICOLE ARNAUD ›

03.11.2011

PHARMACIEN CONSULTANT POUR LA SOCIÉTÉ DE CONSEIL ET FORMATION HÉLIOTROPE

LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN. – Pourquoi le conseil et l’utilisation des huiles essentielles nécessitent de solides connaissances ?

NICOLE ARNAUD. – Parce que ces substances sont très actives. Elles contiennent de nombreux composés terpéniques - des centaines de molécules actives - dont certains (phénols, cétones…) peuvent avoir des effets indésirables ou même être toxiques pour l’organisme. Le romarin officinal, par exemple, peut fournir trois huiles essentielles : l’huile essentielle à...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires