Santé publique France réaffirme l’intérêt des campagnes grand public

Les risques liés à l’alcool toujours sous-estimés

Publié le 16/05/2024
Article réservé aux abonnés

Dans l’éditorial du dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire, la directrice générale de Santé publique France, la Dr Caroline Semaille, a souhaité rappeler l’engagement de l’agence de santé pour réduire l’incidence de l’alcool sur la santé des Français.

alcool

Même si la consommation d’alcool a diminué chez les femmes, elle reste trop élevée, y compris chez les femmes enceintes
Crédit photo : VOISIN/PHANIE

Alors que les études pointent depuis longtemps les effets délétères de la consommation d’alcool sur la santé, ces derniers semblent être encore sous-estimés par le grand public. L’alcool est aujourd’hui la deuxième cause de cancer évitable et l’un des premiers facteurs de risque de maladie.

Dans le bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) du 30 avril 2024, Santé publique France présente les résultats d’un travail sur l’efficacité des campagnes médiatiques sur la consommation d’alcool menées par l’agence.

Le BEH publie également un travail sur l’effet du dépassement des repères de consommation d’alcool à moindre risque sur l’hypertension artérielle en France métropolitaine. Ces repères de moindre risque, proposés en 2017 par SPF et l’Institut national du cancer, indiquaient un maximum de deux verres par jour et pas tous les jours (minimum 2 jours sans par semaine), soit un maximum de 10 verres par semaine. Ces repères ont été communiqués lors de la campagne médiatique en 2019. La directrice rappelle que même si la consommation d’alcool a diminué depuis 30 ans, elle reste trop élevée, y compris chez les femmes enceintes.

8,9 % des cas d’HTA chez les hommes sont dus à une consommation au-delà des repères

 

Un des travaux publiés s’intéresse au nombre de cas d’hypertension artérielle (HTA) attribuables à la consommation d’alcool dépassant les repères proposés en 2017. Les chercheurs se sont intéressés aux Français métropolitains âgés de 18 à 74 ans. Ainsi, sur une population de 17 millions d’adultes hypertendus, soit un adulte sur trois, les auteurs estiment que 655 000 personnes seraient hypertendues du fait d’une consommation de plus de 10 verres par semaine.

D’après les auteurs, la fraction attribuable à l’alcool (FAA) pour le risque d’HTA concerne 5,5 % de la population générale entre 18 et 74 ans. Parmi eux, 624 000 cas sont des hommes, soit une FAA de 8,9 %, contre 31 000 femmes, soit une FAA de 0,6 %. Pour les deux sexes, les FAA allaient en augmentant avec l’avancée en âge, les plus élevées étant chez les 65-74 ans.

Des campagnes efficaces selon Santé publique France

Argumentant pour une meilleure prévention et information sur la consommation d’alcool, SPF s’appuie sur les récents résultats d’une seconde étude publiée dans ce BEH. Dans cet article, les auteurs reviennent sur la campagne menée par SPF en 2019 pour l’amélioration des connaissances de la population concernant les risques à moyen et long termes de la consommation d’alcool, mais ainsi les repères de consommation à moindre risque.

Les chercheurs ont ainsi interrogé, via un questionnaire en ligne, 2 538 consommateurs d’alcool âgés entre 18 et 75 ans avant (T0), juste après (T1) et 6 mois après (T2) la diffusion de la campagne en 2019. Ils retrouvent ainsi entre T0 et T1 des « interactions positives après l’exposition à la campagne et la vague d’enquête » sur les items concernant le nombre de verres quotidiens maximum et le risque d’hémorragie cérébrale et d’HTA, mais pas concernant le risque de cancer et des deux jours minimum sans consommation. Trois quarts des répondants avaient reconnu la campagne. Les auteurs ne retrouvent « pas de lien entre l’exposition à la campagne et l’évolution des variables d’intérêt entre T0 et T2 ».

Juliette Dunglas

Source : Le Quotidien du Pharmacien