Mobilisation contre l’honoraire

Le ton monte entre les syndicats  Abonné

Publié le 10/06/2014
Après avoir lancé une pétition contre le plan d’économies gouvernemental et l’honoraire d’un euro, l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine, l’Union nationale des pharmacies de France et les deux collectifs de groupements (CNGPO et UDGPO*) se mobilisent désormais contre le dispositif de remplacement de la vignette. Un dispositif qui aurait été consenti par la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF). Son président, Philippe Gaertner, crie au mensonge.
MICHEL CAILLAUD SYNDICAT UNPF ( UNION NATIONALE DES PHARMACIES DE FRANCE )

MICHEL CAILLAUD SYNDICAT UNPF ( UNION NATIONALE DES PHARMACIES DE FRANCE )
Crédit photo : S TOUBON

JOURNEE  DE L ' ECONOMIE OFFICINE QPH PHARMACIEN 2006 BONNEFOND GILLES

JOURNEE DE L ' ECONOMIE OFFICINE QPH PHARMACIEN 2006 BONNEFOND GILLES
Crédit photo : S TOUBON

Philippe Gaertner

Philippe Gaertner
Crédit photo : S. TOUBON

NON-SIGNATAIRES de l’avenant rémunération, l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) et l’Union nationale des pharmacies de France (UNPF) souhaitent que le gouvernement fasse marche arrière. « Nous allons de nouveau avertir le ministère pour leur dire que ce qui a été signé par la Fédération n’a en aucun cas le soutien, la compréhension et l’adhésion de la profession dans une très forte proportion, indique le président de l’USPO, Gilles Bonnefond. Les pharmaciens ne sont pas dupes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte