Génériques : le taux de pénétration n’a jamais été aussi haut  Abonné

Par
Mélanie Maziere -
Publié le 30/06/2020
L’entrée en vigueur des nouvelles règles du non substituable (NS) restreignant l’utilisation de la mention par le prescripteur et le remboursement au prix du générique en cas de refus non justifié de la substitution au 1er janvier dernier montre ses premiers effets.

L’assurance-maladie s’était déjà félicitée, fin mai, d’une baisse significative de la mention NS (moins de 4 % en février, mars et avril, versus 7,8 % en décembre 2019). En regard, le GERS note une augmentation du taux de pénétration générique de trois points en moyenne chaque mois depuis le début de l’année. Ce taux, compris entre 80,7 % et 80,9 % entre 2017 et 2019, s’affiche entre 83,7 % et 85,3 % de janvier à mai 2020. Cette hausse est visible aussi pour les médicaments à marge thérapeutique étroite, plus difficiles à substituer, sur les cinq premiers mois de l’année.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte