Le monde aujourd'hui

États-Unis : du vaudeville à la farce sinistre  Abonné

Par
Publié le 21/04/2020
Tous les pays sont atteints par la pandémie, mais celui qui s'en sort le plus mal, c'est les États-Unis. Le déni du président Donald Trump adressé à la gravité de la crise, suivi par des réactions quotidiennes contradictoires, entre un optimisme de propagande et de vains espoirs de traitement et de vaccin, explique une grosse partie du nombre élevé de décès et de  malades graves. Du coup, la panique gagne le camp républicain et incite Trump à prendre des décisions politiques inacceptables.
Andrew Cuomo en mars à New York

Andrew Cuomo en mars à New York
Crédit photo : AFP

Le virus a illuminé les failles béantes de la gestion du pays par son président. L'incohérence des propos, l'infantilisme des actions, le triomphalisme permanent au sujet de perspectives faussement optimistes ont cédé la place à la colère, à l'insulte, à la menace, l'incapacité de Trump à juguler la crise se nourrissant de la déprime de ses concitoyens et des critiques qu'une partie des républicains partage avec les démocrates. Le bilan est en effet terrible, comme il pouvait l'être pour une épidémie incontrôlée et comme il l'est dans des pays comparables aux États-Unis.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte