Questions sur ordonnance - Noël P., 8 ans, 38 kg

Questions sur ordonnanceNoël P., 8 ans, 38 kg

Nicolas Tourneur
| 19.06.2017

Noël présente un placard rouge centré sur la piqûre : le médecin n’a pas eu de difficulté à poser le diagnostic de maladie de Lyme. Il y a deux semaines en effet, toute la famille est allée se promener en forêt. Le petit garçon a signalé dans la soirée une sorte de petite bestiole fixée à son mollet, juste au-dessus de la chaussette : une tique, aussitôt retirée au « tire-tique » avant désinfection à l’iode. Pourtant, un érythème est apparu, 4 jours avant la consultation. S’agrandissant rapidement, il se présente comme un placard ovalaire d’environ 2 à 3 cm de diamètre, plus clair en son centre, là où la tique était fixée. La lésion, non prurigineuse, est souple au toucher. Face à ce signe caractéristique - un érythème migrant -, le médecin a prescrit une antibiothérapie destinée à empêcher l’infection par un germe que peut transmettre la tique (Borrelia burgdoferi) et son évolution vers une phase secondaire puis tertiaire.

  • Noël P., 8 ans, 38 kg - 1

Quel principe actif ?

L’amoxicilline, une aminopénicilline, constitue l’un des traitements de choix de la borréliose de Lyme, tout comme la doxycycline, une tétracycline. En l’absence d’intolérance aux lactamines, le médecin a opté pour l’amoxicilline qui bénéficie d’une bonne tolérance.

Y a-t-il des insuffisances et des interactions ?

Le traitement est trop prolongé : en phase primaire, face à un placard érythémateux unique, ce qui est le cas ici, une...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires