Vingt-six minutes en moyenne pour traiter une rupture  Abonné

Publié le 31/10/2011
L'USPO, présidé par Gilles Bonefond, a mis en place un observatoire pour analyser les incidents

L'USPO, présidé par Gilles Bonefond, a mis en place un observatoire pour analyser les incidents
Crédit photo : S. Toubon

Les pharmaciens constatent de plus en plus de ruptures d’approvisionnement et passent de plus en plus de temps à les résoudre. Une enquête Call Medi Call, réalisée pour le « Quotidien du pharmacien » en mai 2011, montrait que 6 titulaires sur 10 souffraient de ruptures de stock quotidiennement. Par ailleurs, un sondage de l’USPO, menée du 7 février au 11 mars 2011 auprès de 1 146 répondants, révèle que 88,7 % des pharmaciens interrogés constatent une augmentation des ruptures d’approvisionnement, 10,6 % une stagnation et seulement 0,7 % notent une diminution.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte