TOURISME - Lisbonne, ancienne et moderne

ville d’ombre et de lumière  Abonné

Publié le 14/02/2011
De la colline d’Alfama aux rues de la Baixa, des pavés du Bairro Alto aux cafés du Chiado, Lisbonne distille un singulier parfum de voyages et d’exotisme.
Le monastère de Jeronimos, dans le quartier de Belem, inscrit au patrimoine mondial

Le monastère de Jeronimos, dans le quartier de Belem, inscrit au patrimoine mondial
Crédit photo : © Bruno Barbier

Dans le Chiado, quartier réservé aux piétons

Dans le Chiado, quartier réservé aux piétons
Crédit photo : © Bruno Barbier

Dans le quartier d'Alfama, le vieux tramway

Dans le quartier d'Alfama, le vieux tramway
Crédit photo : © Bruno Barbier

QUAND ON ARRIVE par les airs à Lisbonne, on survole toujours la ville. Là, il y a sept collines comme à Rome. Et le Tage, c’est presque aussi beau que le Douro qui coule à Porto. Deux ponts enjambent le fleuve. L’un a été bâti par Salazar dans les années 1960. Il ressemble singulièrement au Golden Gate. L’autre, qui a été construit pour l’exposition internationale de 1998, traverse l’estuaire du fleuve sur plus de 17 km. Le viaduc le plus long d’Europe, dit-on. Il a été baptisé Vasco de Gama, héros légendaire qui avait plutôt l’habitude de prendre le bateau.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte