Une situation inquiétante pour beaucoup d’officines  Abonné

Publié le 10/12/2009
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- De façon générale, pensez-vous que les pharmaciens sont trop endettés ?

PHILIPPE BECKER.- Le financement d’une officine réclame beaucoup de capitaux et, par définition, les « primo accédants » en ont peu. De ce constat que tout le monde peut faire, il découle une situation financière des officines fragile par nature. Dans les faits, lors de l’acquisition de la pharmacie, les banques prêtent généralement jusqu’à 100 % de la valeur du fonds, et le reste est payé par des fonds personnels ou familiaux.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte